Poitou Charentes

Art en France

L'Art et l'Art de vivre

La Rochelle

 

Véritable musée à ciel ouvert, le centre historique de La Rochelle regorge de trésors d'architecture. Toutes les époques sont représentées : Moyen Age avec les rues à arcades, Renaissance avec des édifices tels que l'Hôtel de ville, le 18ème siècle avec les hôtels particuliers des grands armateurs. L'émerveillement est au rendez-vous de chaque coin de rue, la preuve avec quelques uns des monuments immanquables de La Rochelle!

 

Depuis le 13ème siècle, le port de La Rochelle occupe cet emplacement. Il est vraisemblable que dès l’origine il fut fortifié. Les tours qui subsistent datent des 14ème et 15ème siècles. Elles ont survécu à la destruction de l’enceinte après le siège de 1628. Ce sont, de chaque côté de l’entrée, la tour Saint-Nicolas, la plus haute, et la tour de la Chaîne puis plus loin, reliée à cette dernière par une courtine ou muraille, la tour de la Lanterne, à la fois phare et défense.

 

Un des charmes de La Rochelle est, sans conteste, ses rues à arcades, spécificité propre à une ville dont la vocation marchande s'éveilla dès sa naissance.

 

Ancienne porte de l’enceinte qui séparait le port de la cité. La base massive du 14ème siècle comportait deux ouvertures, l’une pour les piétons et l’autre pour les attelages jusqu’en 1672, date à laquelle on ne fit qu’une seule arcade.

De même, en 1746 ses toits à poivrières furent remplacés par un dôme orné de pilastres, colonnettes et amours supportant des mappemondes et des drapeaux.

 

Elle a été construite par Hugues Pontard, dont le fils François sera maire de La Rochelle en 1567, dans un style "antique" savant qui mêle colonnes, frontons et plafonds à caissons. Cette réalisation n’a pourtant rien d’ordinaire au 16ème siècle, puisque la « Maison Henri II » n’est pas une maison ! Ses galeries superposées ne sont que d’étroits couloirs, prolongeant la tourelle d’escalier du logis de droite et desservant le cabinet de travail aménagé à l’étage du pavillon gauche. Cette façade sans profondeur est donc un décor monumental, une architecture de rêve dont toitures et lucarnes simulent, pour les hôtes d’Huges Pontard, un logis extraordinaire dominant le jardin : une œuvre exceptionnelle et unique dans l’histoire de la Renaissance française, imaginée par un maître anonyme dans les années 1555.

 

Après le siège de 1628 et leur victoire, les catholiques jugèrent bon de faire de l’ex ville forte protestante la tête d’un diocèse. Il lui fallait donc une cathédrale.

Jacques Gabriel fit les plans mais mourut juste avant la pose de la première pierre en 1742. Son fils et successeur, Jacques-Ange Gabriel, dirigea, de loin, la construction, aidé en 1773 par les avis d’une commission où figurait Soufflot.

Le manque d'argent interrompit à plusieurs reprises les travaux. Enfin, en 1784 l’Evêque de Crussol d’Uzès put bénir la cathédrale. A l’intérieur, il convient de citer les peintures de la coupole réalisées par William Bouguereau au 19ème siècle et par contraste les ex-votos de la Chapelle des Marins peints entre le 17ème et le 18ème siècle.

 

>>>>>>>>Plus d'info

Château de Dampierre-sur-Boutonne

 

En 2008, le Château de Dampierre-sur-Boutonne a fêté sa reconstruction avec le 20ème anniversaire de l'ACDB.

 

Le circuit historique et culturel du château s'est développé avec les visites guidées des pièces remeublées dans un décor haute époque, complétant celles en accès libre sur 4 niveaux de la tour sud, la galerie sonorisée et les vidéos sur les restaurations.

 

L'éco-piste médiévale de Merlin s'est embellie d'un dragon et d'une nouvelle épée "Excalibur" et a amélioré sa signalétique dans l'esprit des oriflammes-girouettes de l'artiste François Lavrat qui jalonnent déjà son parcours.

 

En 2009, lancement dans les combles réenchantées du château d'un espace "Explora" dans le sillage des grands aventuriers, artistes et poètes, avec les portulans artistiques de Ghislaine Escande, des cartes anciennes, miniatures, gravures et curiosités mis en scène dans les 5 salles communicantes accessibles par un nouvel escalier et un ascenseur pour les personnes à mobilité réduite.

 

>>>>>>>>Plus d'info

Château de Terre-Neuve

 

Il fut construit en 1580 par Nicolas Rapin, Grand Prévôt de la Connétablie de France et compagnon du Roi Henri IV. Georges Simenon y vécut de 1940 à 1943. Cité par les principaux guides touristiques, il est renommé pour sa Cheminée Alchimique, ses plafonds à caissons de pierres sculptées, ses boiseries en provenance du Château de Chambord, ses soleils dorés à la feuille d’or de la chambre du Roi Louis XIV, ses tableaux, ses meubles, ses collections et ses superbes vêtements d’époque XVIIe et XVIIIe siècles.

 

Petit-fils du Comte de Vassé, Octave de Rochebrune (1824-1900) est l’ artiste qui fera de son château un véritable musée: rapatriant divers fragments architecturaux en provenance du château de Coulonges-les-Royaux alors en ruine, et rassemblant nombre d’ objets anciens, objets d’ art et originales collections.

Enfant, Octave de Rochebrune découvrit très tôt sa vocation pour le dessin; ne cessant d’ étudier et de progresser, plus spécialement attiré par les reproductions architecturales des grands monuments, il figurera dès 1845 dans des salons d’ exposition.

 

Puis des amis dont Benjamin Fillon avec lequel il étudie l’ archéologie, lui feront découvrir les magnifiques eaux fortes gravées par Charles Meryon sur plusieurs monuments de Paris, et ce sera la révélation d’ une nouvelle passion.

Octave de Rochebrune va installer dans une salle du château tout le matériel nécessaire à cet art, et les presses que l’ on peut toujours contempler lors de la visite; méthodiquement et avec patience, il va apprendre à graver, préparer ses vernis , manier l’ acide, et commencer à éditer plein d’ oeuvres inspirées par les églises, châteaux, et paysages de son environnement.

 

A partir de 1861, il élargira son champ d’ investigation à travers toute la Vendée et laissera de précieux documents concernant sa province; c’ est ensuite qu’ il entreprendra la gravure des immenses planches de prestigieux monuments: Chambord, Blois, Chenonceaux… avec une maîtrise parfaite, au total une oeuvre impressionnante d’ une rare qualité. Ce sont ses descendants directs qui conservent cette vaste demeure et nous la font découvrir en visite les mois d’ été.

 

>>>>>>>>Plus d'info

Futuroscope

 

Le parc d'attractions le plus visité de la région Poitou-Charentes se renouvelle chaque année en proposant des expériences toujours plus originales et des activités inédites pour tous. Découvrez un univers étonnant et embarquez pour des aventures palpitantes. Sensations extrêmes garanties!

 

Des expériences uniques à vivre en famille. Voyagez dans le temps avec les Lapins Crétins, vivez le grand frisson avec Danse avec les Robots, défoulez-vous à l'Arena fun Xperiences, partagez des émotions avec le spectacle nocturne tous les soirs...

 

Quelles sont les innovations technologiques qui vont modifier nos modes de vie dans un futur proche ? Expérimentez-les dans un parcours jalonné par 10 expériences ludiques et participatives : Rencontrez le robot humanoïde Socibot, relookez-vous devant un dressing intelligent, changez la déco de votre chambre en un seul geste et pilotez un robot avatar… puis testez des objets connectés dans l’espace LICK et la cuisine du futur au Bar’Lab.

 

Au Futuroscope, il n'y a pas que des salles obscures... Depuis le printemps 2013, il est possible de se restaurer à l’Aérobar, premier bar aérien au monde installé à 35m de haut, tout en profitant d’une vue exceptionnelle sur l’ensemble du site.

 

>>>>>>>>Plus d'info

Retour au menu

Art-en-France © 2017 • Reproduction d'articles et images interdites sauf avec accord d'Art-en-France •