Louis Taulelle

Art en France

L'Art et l'Art de vivre

Louis Taulelle

Scénographe, Peintre, Sculpteur.

Bien que bercé de soleil, d’ânes, de figues de barbarie,

de lait de chamelle, de dattes et d’olives jusqu’en 1958,

c’est la culture française qui veilla à mon épanouissement.

 

Taulelle: Ce nom peu répandu, originaire du midi de la France, vient du choix d'un petit groupe de familles de prendre le mot patois de leur lieu de travail quotidien comme patronyme. Cultures pauvres des Cévennes, en terrain rocailleux et pentu, façonné en "escaliers" ou "tables" de culture; les "taoulets" devint les Taulelles, lieu-dit de la commune de Saint Privas de Champclos qui est encore signalé sur les cartes routières détaillées.

 

Louis: Souvent donné dans l'histoire, ce prénom hors mode pour ma génération, gagne à rester rare et se porte avec simplicité. Né le: 19 Février 1948 à Sousse en Tunisie. Quatrième garçon d'une fratrie de six, fruit d'une mère de l’Hérault et d'un père du Gard. Nationalité: Français. Études: Assez décousues, néanmoins titulaire du Certificat d'Etude et du B.E.P.C. Diplômes: de l’École Nationale des Beaux Arts de Lyon de l’École Nationale Supérieure d'Art Dramatique de Strasbourg T.N.S. (scénographie).

 

Parcours professionnel: De l’École des Arts Décoratifs de Paris, puis des Beaux Arts de Lyon et celle du Théâtre National de Strasbourg, Louis Taulelle depuis plus de quarante ans, met en espace au théâtre des scénographies

dramatiques, lyriques ou dansées.

 

Je recherche particulièrement la lumière et l’espace "entre deux". Je trouve dans la peinture une attachante clarté qui illumine le regard de quiétude et de poésie fragile. Avec les sculptures, je parle de la solitude comme d’une richesse dans le cheminement sensible et original de chacun d’entre nous. Mon cheminement, c’est le parcours d’un artiste inclassable;, qui touche aux arts plastiques, au théâtre, s’inquiète de la lumière de l’architecture, et souhaite éveiller la sensibilité des êtres, sans laquelle aucun groupe social ne vit en harmonie. Comme on regarde passer les femmes, si belles, au printemps, nonchalant, aux premières terrasses des cafés. Les regarder toutes avec la jubilation et l'amour de leur diversité particulière. Si différentes. Et ne s'attacher à aucune. Ainsi, dans mon travail, je passe beaucoup de temps à regarder passer les idées et parfois, seulement, a en assembler quelques morceaux. En faisant miens les mots de Merce Cunningham, je dirai que ce qui compte, c'est que:

'' les idées deviennent des actes physiques ''.

 

Dès les années 1990 je m’adonne à la sculpture. Au moment du passage entre la surface et le volume, j'ai eu besoin du plan. De garder encore, sans doute, le plan de la toile (du tableau). il me fallait matérialiser un plan

pour signifier" l'entre deux ". "L'entre deux" est aussi un acte physique que je laisse souvent en suspend.

Le plan délimite deux espaces et se trouve entre eux deux. "L'entre deux" est-il transparent, opaque, percé d'une ouverture, d'un passage? "L'entre deux", c'est l'état de la "non traversée" du pian, du passage. C'est cet

instant mobile ou immobile de l'être en l'état. Puis le plan matérialisé ne m'a plus été nécessaire et mes volumes, depuis s'épanouissent en délimitant eux-mêmes des espaces. Il s'en crée de nouveau à chaque geste, chaque mouvement du métal. Leurs lignes dessinent les mouvements de l'air qui les porte. L'air des vides (opposés aux pleins de la matière) d'une sculpture, comme l'air qui nous entoure, n'est jamais immobile. L'air, dans mon travail, est ce vent qui fait voler les clous assemblés, parfois si lourds. Il est ce souffle léger qui maintient les

"stylites", ces ermites en équilibre {philosophique) de pensée. C'est dans l'air que je pétri le métal pour assembler des morceaux d'idées. Et dons l'air flottent les petites âmes de fer tendre.

 

Sculpteur, à Droiteval depuis 2004, je développe un travail de sculpture autour du mouvement et de la légèreté des oiseaux. Je suggère avec du métal souvent de réemploi, les arabesques de l’air et les portances invisibles du vent. En parallèle, au fil des ans, je poursuit ma recherche de la lumière dans la matière picturale avec souvent pour thème "Lumière et Solitude".

 

Souvent présente dans mon travail, la solitude m'accompagne depuis bien des années. Depuis toujours, peut-être. Quand je suis avec elle, je ne suis plus seul. Lorsque j'entre en solitude, la créativité me vient aisément.

Savez-vous du bonheur, d'être rempli de solitude? D'être soi, seul, le regard discrètement ouvert sur la vie (le monde). Et de savoir garder son cœur fragile de l'écouter fredonner mélopées et berceuses Le ciel, les lambeaux de tissus, la lumière, l'eau, le bois et les couleurs s'entremêlent, s'ouvre, s'énervent, se lient, s'épanouissent pour exprimer la riche solitude qui m'habite. Les mêmes préoccupations m'accompagnent au fil du temps qui passe.

Le même plaisir se perpétue à dévoiler mes blizzards intimes.

 

‘’La lumière s’aiguise et découpe finement l’obscurité comme le fil du rasoir. Au travers de la déchirure

apparaît l’horizon mais il est vertical. Un instant étourdi, il nous faut retrouver l’équilibre pour qu’aussitôt tout paraisse logique et que s’opère entre le rationalisme de l’intelligence et la démesure de l’imaginaire un transfert qui bouleverse les données raisonnables de l’esprit. Entre la cordelette et l’aussière la différence n’est plus qu’une équivalence intuitive. Toutes les hypothèses d’une réalité se confrontent sans que nous sachions jamais si nous la tenons dans le creux de nos mains ou si son ombre gigantesque nous submerge.’’

 

Pierre Lebigre, Haillons 1984

Regardez les tableaux de Louis. Ou ses sculptures. Vous y verrez lesquels des ses œuvres sont à vendre et vous trouverez toutes les informations sur les matériaux, les tailles et les prix. Vous pouvez également envoyer un e-mail à info@art-en-france.eu

Louis travaille également sur commande. Vous pouvez laisser un message pour lui dans notre Livre d’ or.

 

l'Atelier de Louis:7 Rue de l´Eglise, 54930 Diarville, tel: 0033(0)6 77 86 61 22.

Retour au menu

Art-en-France © 2018 • Reproduction d'articles et images interdites sauf avec accord d'Art-en-France •